La dysbiose ou les déséquilibres du microbiote

Le corps humain abrite un grand nombre d’organismes vivants (bactéries, levures et virus) à différents endroits (intestin grêle, côlon, peau, sphère ORL,…). Ils constituent nos microbiotes et vivent en symbiose avec l’Homme. Ces écosystèmes nous protègent face aux agressions extérieures et sont bénéfiques pour notre santé. Cependant, ils restent très fragiles. Certains facteurs externes et internes influencent leur équilibre pouvant engendrer des troubles fonctionnels voire certaines maladies.

Qu’est-ce que la dysbiose ?

La colonisation du tube digestif par les bactéries se fait dès la naissance. Puis le microbiote intestinal évolue pour atteindre sa maturité vers l’âge de 3 ans. Chaque individu présente ainsi son propre microbiote qui se caractérise par la richesse et la diversité en microorganismes. Cette population microbienne constitue un équilibre indispensable pour le bon fonctionnement de l’organisme.

Toutefois, certains facteurs peuvent facilement rompre cet équilibre et provoquer ce qu’on appelle une dysbiose. En grec, le terme « dys » signifie négatif, mauvais et le terme « bios » désigne la vie. Par définition, la dysbiose est l’altération qualitative et/ou quantitative de la flore intestinale. Ce risque de déséquilibre concerne également les autres microbiotes que nous hébergeons (cutané, pulmonaire, vaginal…).

Les facteurs perturbant la flore

Divers éléments environnementaux et/ou génétiques bouleversent l’équilibre du microbiote intestinal, cutané, vaginal, buccal ou encore respiratoire comme :

  • Un traitement antibiotique ou la prise d’autres médicaments
  • Le stress
  • Des infections bactériennes, virales ou parasitaires
  • Un déficit immunitaire
  • Une consommation excessive d’aliments raffinés et un régime alimentaire pauvre en végétaux
  • Le tabac
  • La consommation d’alcool
  • Des changements hormonaux (ménopause, grossesse…)
  • Une activité physique intensive ou au contraire la sédentarité…

Le déséquilibre du microbiote s’accompagne en général de différents troubles où la flore est impactée.

Les conséquences de la dysbiose sur l’organisme

Des bactéries potentiellement dangereuses (comme Escherichia coli) sont parfois présentes au sein même de nos intestins mais en très faible quantité, sans risque pour la santé. En cas de dysbiose, cela peut entraîner la prolifération de ces bactéries pathogènes qui deviennent dominantes. Les bonnes bactéries sont alors endommagées.

Les effets directs sur le système digestif

Le microbiote intestinal intervient dans la digestion des nutriments, c’est pourquoi les premiers signes d’une dysbiose sont souvent d’ordre digestif. De ce fait, certains troubles digestifs peuvent apparaître comme un transit accéléré, des ballonnements, une constipation, , un syndrome de l’intestin irritable, une gastro-entérite…

Si le déséquilibre perdure, une hyperperméabilité intestinale s’installe favorisant un état d’inflammation chronique. Des travaux scientifiques récents démontrent d’ailleurs l’existence d’une relation étroite entre dysbiose intestinale et maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI, comme la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique) (1).

Les conséquences multiples sur l’organisme

En plus de sa fonction digestive, le microbiote intestinal joue aussi un rôle dans les fonctions métaboliques, immunitaires et neurologiques. En effet, dans la mesure où 60 à 70% de nos cellules immunitaires sont intestinales, une dysbiose intestinale affecte également notre système immunitaire. Lorsque la flore intestinale devient déséquilibrée, notre immunité est affaiblie et nos défenses naturelles deviennent moins performantes.

L’intestin est considéré comme notre deuxième cerveau. Si un déséquilibre se met en place au niveau du système digestif, cela peut aussi donner d’autres perturbations comme des troubles psychiques (fatigue, anxiété, troubles du sommeil, envie de sucre, état dépressif…). Une dysbiose peut donc aussi avoir un impact sur notre humeur et notre santé mentale.

De même, les femmes sont parfois confrontées à un déséquilibre de leur flore intime ce qui augmente le risque de candidose (infection au Candida albicans). Qui plus est, un déséquilibre du microbiote vaginal peut aussi donner lieu à des troubles génito-urinaires.

Quant au microbiote cutané, lorsque l’équilibre est rompu, les risques de problèmes cutanés tels que l’acné, l’eczéma, le psoriasis… sont plus élevés.

Autrement dit, les conséquences sur l’organisme sont multiples, d’où l’importance de prendre soin de sa flore intestinale.

Comment rééquilibrer son microbiote ?

Heureusement, la dysbiose n’est pas une fatalité ! D’abord, pour corriger ce phénomène, il faut avant tout adopter une alimentation équilibrée avec un régime riche en fibres alimentaires. Ces fibres que nous ne digérons pas, appelées prébiotiques, servent de nourriture aux bactéries intestinales et favorisent leur croissance.

De même, il est recommandé de consommer plus d’aliments fermentés naturellement concentrés en ferments lactiques comme le kéfir, le kombucha, les produits laitiers, le chou cuit (choucroute),…

Par ailleurs, une cure de probiotiques sous forme de compléments alimentaires à base de Lactobacilles et/ou de Bifidobactéries aide aussi à restaurer l’équilibre du microbiote intestinal, en particulier lors de la prise d’antibiotiques. Ils favorisent la reconstruction de la flore pendant et après une dysbiose. Cependant, tous les probiotiques ne se valent pas. Pour obtenir l’effet recherché, les souches microbiotiques doivent être présentes dans les gélules en quantité suffisante avec la garantie de leur viabilité et de leur stabilité afin d’avoir des effets bénéfiques sur sa santé.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à demander conseil auprès de votre pharmacien.

 

Source : Oumaira Rahmouni, Laurent Dubuquoy, Pierre Desreumaux et Christel Neut. Microbiote intestinal et développement des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Med Sci (Paris) 2016 ; 32 : 968–973.

Partagez-le avec vos amis
  • gplus
  • pinterest

Laissez votre commentaire

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Ils ne seront publiés qu'une fois révisés par un administrateur.