Réactions Alimentaires et Micronutrition

Réactions Alimentaires et Micronutrition

En s’intéressant à l’alimentation quotidienne de l’individu, la micronutrition permet d’évaluer son état de santé quel que soit l’âge ou le sexe. Par l’intermédiaire d’outils spécifiques tels que questionnaires et analyses biologiques,  la micronutrition va permettre également de repérer d’éventuelles perturbations digestives, l’existence d’une hypersensibilité intestinale ou autres troubles, ainsi que de dépister des réactions alimentaires comme des intolérances ou des allergies alimentaires.

 

De plus en plus de gens souffrent d’allergies ou d’intolérances à un aliment, accompagnées d’inflammations chroniques (1). Plus précisément, une personne sur quatre a été reconnue allergique ou intolérante, ce qui suppose un doublement dans les quinze dernières années. Les signes visibles de ces réactions alimentaires affectent la peau, les phanères, le système respiratoire, le système digestif, le système nerveux, etc.

 

Les réactions alimentaires dites non-toxiques sont divisées en deux grands groupes : les allergies alimentaires (ayant une cause immunologique) et les intolérances alimentaires (n’étant pas issues d’une réaction immunitaire). Il appartient au micro-nutritionniste de diagnostiquer l’une ou l’autre de ces réactions alimentaires, et de donner au patient les conseils qui s’imposent pour éliminer les aliments non tolérés au sens large.

Le micro-nutritionniste devra aussi explorer la qualité du système immunitaire, notamment celui de l’intestin, qui constitue l’organisme le plus important de tout le système immunitaire par la quantité de cellules immunitaires (lymphocytes et macrophages) déployées tout au long de sa muqueuse. Les cellules immunitaires synthétisent des anticorps, telles que les immunoglobulines, chargées de défendre l’organisme contre les agents pathogènes ou opportunistes.

L’hyperperméabilité intestinale induit des pathologies allergiques. En devenant perméable, la muqueuse intestinale permet le passage d’allergènes qui se disséminent alors par voie sanguine vers les autres muqueuses.

 

Le micro-nutritionniste peut s’appuyer sur des questionnaires de dépistage des réactions alimentaires comme celui de la perméabilité intestinale, ou encore sur des questionnaires de dépistage des intolérances au lactose, au gluten, etc. Il évaluera alors la persistance et la répétitivité des signes cliniques (colon irritable, etc.).

Les réactions alimentaires peuvent apparaître à tout âge, mais il existe des facteurs qui tendent à diminuer ou à prévenir les allergies alimentaires. Ainsi, chez le nouveau–né, l’allaitement maternel permet d’éviter l’ingestion de lait de vache, qui induirait une diversification trop précoce de la nourriture, source d’hypersensibilité pour l’enfant prédisposé2.

En nutrition et micronutrition, l’accent est mis sur la prévention, en fournissant une alimentation pauvre en toxines, en diagnostiquant les aliments qui déclenchent une réaction alimentaire et en améliorant le système immunitaire général et plus particulièrement intestinal.

Avec Inovance, découvrez les compléments « Atout Santé » pour faire face aux réactions alimentaires

 

(1) Moneret-Vautrin D.A. 2007. Maladies allergiques. Une très forte augmentation. Rev Prat, 57(12) : 1294-1296.2. Ozdemir O. 2010. Various effects of different probiotic strains in allergic disorders : an update from laboratory and clinical data. Clin Exp Immunol, 160(3):295-304.

(2) Chouraqui J.P., Dupont C., Bocquet A., Bresson J.L., Briend A., Darmaun D., Frelut M.L., Ghisolfi J., Girardet J.P., Goulet O., Putet G., Rieu D., Rigo J., Turck D., Vidailhet M. 2008. Alimentation des premiers mois de vie et prévention de l’allergie. Archives de Pédiatrie, 15:431-442.

Partagez-le avec vos amis
  • gplus
  • pinterest

Laissez votre commentaire

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Ils ne seront publiés qu'une fois révisés par un administrateur.