Plusieurs hormones agissent sur notre équilibre pondéral ; parmi celles-ci, la leptine joue un rôle majeur car elle est associée la sensation de satiété. Les chercheurs s’organisent pour mieux comprendre tous les aspects de ce rôle, dans le but d’élargir les approches pour lutter contre l’obésité et ses conséquences.

Les équipes scientifiques explorent la piste de la génétique moléculaire depuis 1995. Chez les obèses, une absence de sensibilité (résistance) à l’hormone de la satiété, la leptine, a été observée, alors que «en activant une partie du cerveau appelée l’hypothalamus, la leptine indique au corps d’augmenter sa dépense énergétique et de diminuer la prise alimentaire et nous aide à maintenir un poids corporel sain».

En agissant sur cette absence de sensibilité, on doit parvenir à un meilleur contrôle de la prise de poids. Toutes les hormones fonctionnent selon un système de récepteur. C’est l’exploration du système de récepteur à la leptine chez la souris qui a permis aux équipes françaises de l’INSERM et du CNRS de mettre en évidence le rôle de trois protéines, dont celle nommée OB-RGRP.

Ainsi en stoppant la production de cette protéine, on augmente le nombre de récepteurs à la leptine présents à la surface cellulaire, on augmente la sensibilité à la leptine, et par conséquent on commence à freiner le développement de l’obésité.

Toujours chez la souris, l’exploration de la protéine TCPTP montre qu’elle devient abondante avec le gain de poids. L’extinction de l’expression génétique de ces protéines par des petits fragments acides nucléiques (ARN) a été couronnée de succès dès 2006 par le prix Nobel de Physiologie et de Médecine.

Désormais, les études se poursuivent pour vérifier si les résultats obtenus chez la souris s’avèrent transposables chez l’homme avec des essais cliniques déjà en cours pour le diabète de type 2. L’enjeu est d’autant plus important que l’obésité est responsable de près de 3 millions de décès chaque année dans le monde !

 

Sources:

  • “Cell Metabolism”, 2011; DOI: 10.1016/j.cmet.2011.09.011 Elevated Hypothalamic TCPTP in Obesity contributes to cellular leptin Resistance
  • « Silencing of OB-RGRp in mouse hypothalamic arcuate nucleus increases leptin receptor signalizing ant prevents diet-induced obesity », 2007, Couturier C, Sarkis C, séron K, Belouzard S, Froguel P- CNRS 8090-Lille.

 

Pin It on Pinterest