Quels liens entre l’intestin et le cerveau ?

Plus de 100 000 milliards de bactéries peuplent notre intestin. Nous hébergeons des souches qui vivent en symbiose à l’intérieur de notre tube digestif. Ces microorganismes, comme les espèces Lactobacillus et Bifidobacterium, constituent notre microbiote intestinal, et jouent un rôle majeur dans la digestion des nutriments et dans le fonctionnement du système immunitaire. En plus de cette population d’organismes vivants, notre système digestif renferme également une forte concentration de neurones qui communiquent en permanence avec ceux du cerveau. Ce dernier en abrite près de 200 millions ! Ainsi, de nombreux neurones sont installés au sein même de notre microbiote intestinal. De ce fait, une relation étroite existe entre intestin et cerveau (on parle de l’axe intestin-cerveau), ce qui explique pourquoi il est considéré comme le deuxième cerveau du corps humain. Dans quelles mesures les déséquilibres de la flore intestinale peuvent-il affecter le cerveau et la santé mentale ?

Intestin, notre deuxième cerveau

Nos intestins et notre cerveau communiquent ensemble via notre système nerveux central. Cette connexion est dite bidirectionnelle. Il existe un véritable échange qui se fait notamment par le biais de sécrétions hormonales.

En effet, les neurones nichés dans notre tube digestif sont capables de fabriquer des hormones et des neurotransmetteurs au même titre que le cerveau. Ils produisent, par exemple, de la dopamine et une grande majorité de la sérotonine présente dans notre corps. Ces deux neuromédiateurs interagissent directement sur notre santé mentale.

Les expressions du quotidien comme « avoir la peur au ventre » ou encore « digérer une information » prendraient donc ainsi tout leur sens !

Tube digestif, cerveau et microbiote

Grâce à ce vaste système nerveux, l’intestin est en permanence à l’écoute du microbiote. Notre flore intestinale joue également un rôle direct sur le fonctionnement cérébral . Elle aurait la capacité de moduler notre comportement1, d’influencer nos comportements et d’intervenir sur nos sentiments et notre humeur.

Une étude récente a démontré que le microbiote intestinal agit sur la régulation de la sérotonine, l’« hormone du bonheur ». (Yano et al., 2015). Par conséquent, en cas de déséquilibre du microbiote intestinal (dysbiose), notre humeur est directement influencée. La nature et la diversité du microbiote peut aussi jouer sur l’anxiété, le stress voire même la dépression2.

De même, certains facteurs comme le stress altèrent le microbiote intestinal ce qui accentue encore plus le stress et crée un cercle vicieux. Afin de sortir de cette spirale du stress, il faut agir sur les neurotransmetteurs et le microbiote intestinal.

Comment prendre soin de votre flore intestinale ?

Les liens entre l’intestin et le cerveau continuent d’être explorés. Nous en sommes qu’aux premières découvertes ! Toutefois, nous savons aujourd’hui que le maintien de l’équilibre de la flore intestinale reste essentiel pour notre santé mentale. Quand vous êtes de mauvaise humeur ou stressé(e), cherchez à chouchouter votre intestin et à manger correctement !

Afin de nourrir les bactéries intestinales bénéfiques, il est conseillé d’avoir un régime alimentaire riche en fibres, appelées prébiotiques. Ces fibres alimentaires végétales, généralement des sucres, ne sont pas digérées par l’intestin grêle. Elles servent de susbtances alimentaires aux bactéries et sont fermentées dans le côlon. Les fibres comme l’inuline ou les fructo-oligosaccharides favorisent ainsi le développement et la croissance des bonnes bactéries. Il est donc recommandé de manger plus de fruits, de légumes, de céréales complètes et de légumineuses, riches en fibres prébiotiques, afin d’apporter suffisamment de « carburant énergétique » à ces micro-organismes.

De même, les aliments fermentés (produits laitiers, fromages fermentés, kéfir, kombucha, chou cuit…) sont très bénéfiques pour entretenir et restaurer l’équilibre du microbiote intestinal. Les compléments alimentaires à base de probiotiques, des micro-organismes vivants comme les Lactobacilles et les Bifidobactéries, peuvent aider à restaurer un microbiote intestinal favorable.

Pour résumer, les données scientifiques apportent de plus en plus de précisions sur le lien qui existe entre intestin et cerveau. Les premiers résultats tendent à montrer que pour maintenir sa santé morale et sa bonne humeur, il est indispensable d’entretenir sa flore intestinale et maintenir son bon équilibre.

 

Références scientifiques :

1 Cryan JF, O’Mahony SM. The microbiome-gut-brain axis: from bowel to behavior. Neurogastroenterol Motil. 2011;23:187-92.
2 Fond G, Loundou A, Hamdani N, Boukouaci W, Dargel A, Oliveira J, et al. Anxiety and depression comorbidities in irritable bowel syndrome (IBS): a systematic review and meta-analysis. European archives of psychiatry and clinical neuroscience. 2014.

Partagez-le avec vos amis
  • gplus
  • pinterest

Laissez votre commentaire

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Ils ne seront publiés qu'une fois révisés par un administrateur.