Solution I – La micronutrition dans la vie de la femme

Tous les micronutriments sont importants chez la femme. Mais certains d’entre eux peuvent être dits indispensables, parce qu’ils sont étroitement liés à la santé et au bien être de la femme.

Tout d’abord, il faut citer le calcium. Il constitue le minéral le plus important quantitativement dans notre organisme. 99% du calcium que nous absorbons est utilisé pour la formation et la solidité de l’ossature et des dents.

Par ailleurs, il acquiert un rôle fondamental au moment de l’adolescence : avec la puberté, la femme construit son capital osseux, et l’ingestion de calcium pendant cette période permet de réduire le risque d’ostéoporose auquel elle se verra exposée plus tard avec la ménopause et la post-ménopause. Une adolescente doit ingérer au moins 1.200 mg de calcium, ce qui suppose une claire augmentation en relation aux AJR, qui sont fixées environ à 800 mg/jour en situation normale. En fait, la femme devrait aussi ingérer 1.200 mg de calcium par jour au moment de la grossesse et de l’allaitement.

Pendant ces périodes clés, il est recommandé de prendre des aliments riches en calcium (fromage à pâte sèche et laitages en général). Et pour favoriser l’assimilation et la fixation du calcium, on peut prendre de la vitamine D, tout en respectant un bon équilibre « acide-base ». Les légumes à feuilles vertes, ainsi que certaines eaux minérales, constituent de bonnes sources alimentaires de calcium. Cependant, certaines études ont montré qu’un régime sans laitages ne fournit pas plus de 500 mg/jour.

C’est pourquoi les professionnels de la santé insistent sur le fait que les adolescentes, les femmes enceintes et les femmes allaitantes ont besoin de compléments alimentaires à base de calcium pour garantir un bon apport en calcium pendant ces périodes clés et contribuer ainsi à la santé de la femme.

Depuis une décennie, plusieurs études* ont montré que pendant la période périnatale, l’oméga 3-DHA (acide cervonique) est fondamental pour l’acuité visuelle et le développement du cerveau du bébé. Les membranes cérébrales du bébé se nourrissent de cet acide gras polyinsaturé issu des poissons comme la sardine, les anchois, le saumon ou la crevette polaire qu’auraient pu consommer la maman. Sachant que les apports recommandés sont compris entre 200 et 250 mg de DHA par jour, il convient d’utiliser une supplémentation en cas de régime pauvre en acides gras de type oméga 3-DHA.

Inovance VITA D3, Inovance CALCIUM et Inovance OMEGA 3 DHA contiennent des formulations et des ingrédients de première qualité, qui garantissent une sécurité alimentaire totale pour les femmes qui traversent des périodes où les besoins micronutritionnels se voient augmentés (adolescence, période périnatale, etc.).

* – Singh M., 2005. Essential fatty acids, DHA and human brain. Indian J Pediatr. 72 : 239-42.
–  Vancassel S., 2004. Oméga 3 et neurotransmission cérébrale. OCL, 11 : 1, 58-65.
–  McCann,-J-C; Ames,-B-N, 2005.
Is docosahexaenoic acid, an n-3 long-chain poly-unsaturated fatty acid, required for development of normal brain function?  An overview of evidence from cognitive and behavioral tests in humans and animals. American-Journal-of-Clinical-Nutrition. 82(2): 281-295 ; 258 ref
– Hoffman et al., 2003. Visual function in breast-fed term infants weaned to formula with or without long-chain polyunsaturates at 4 to 6 months: a randomized clinical trial.
J Pediatr.142:669-77

Partagez-le avec vos amis
  • gplus
  • pinterest

Laissez votre commentaire

Les commentaires sur ce blog sont modérés. Ils ne seront publiés qu'une fois révisés par un administrateur.