Notre organisme héberge un écosystème microbien dans notre intestin qui nous protège contre les agressions extérieures. Il constitue notre première ligne de défense. Toutes ces bactéries « amies » forment un équilibre qui constitue un véritable bouclier immunitaire. Cet équilibre doit être maintenu pour le bon déroulement de nos défenses naturelles et ainsi mieux résister aux virus ou aux bactéries.

L’intestin au cœur de notre système de défenses immunitaires

L’intestin joue un rôle majeur dans la digestion, mais pas seulement. Cet organe est aussi fondamental dans le fonctionnement du système immunitaire. Des centaines de milliards de micro-organismes, principalement des bactéries, colonisent notre tube digestif et constituent notre microbiote intestinal. Ils vivent en symbiose avec notre organisme.

En occupant le terrain, cette flore intestinale crée une barrière contre l’adhésion d’agents pathogènes. Ces germes peuvent soit provenir de l’extérieur ; soit être déjà présents dans l’intestin mais en faible quantité mais ayant une certaine toxicité potentielle (virulence) si leur concentration augmente.

De même, l’intestin, à lui seul, renferme près de 70% des cellules immunitaires comme les globules blancs (exemple : polynucléaires et monocytes). Ces cellules participent à la réponse immunitaire en « mangeant » les virus et bactéries pathogènes. On appelle ce phénomène la phagocytose.

Nos bactéries sont capables d’interagir avec nos cellules immunitaires et notamment de stimuler leur production. Dès que l’organisme est en contact avec un virus, les réponses du système immunitaire s’amorcent afin de lutter contre les infections. Notre microbiote intestinal est donc essentiel pour renforcer les défenses immunitaires.

Comment protéger notre intestin ?

L’équilibre de notre microbiote constitue un maillon essentiel de notre immunité. Cet écosystème intestinal nous aide à nous protéger des infections bactériennes et virales. Or, lorsque l’équilibre est rompu, c’est l’ensemble de notre système immunitaire qui devient défaillant.

Notre flore intestinale est à la fois riche et dense. Sa composition reste propre à chaque individu ce qui a une influence sur l’immunité intestinale. Toutefois, nous possédons tous des espèces bactériennes communes comme les Bifidobactéries et les Lactobacilles.

Les agents pathogènes qui déclenchent une réponse immunitaire peuvent modifier l’équilibre du microbiote intestinal et provoquer un affaiblissement de son activité. Par exemple, certains virus responsables de maladies au niveau des voies respiratoires ou du système gastro-intestinal, provoquent la réduction de la densité de la population des Lactobacilles et des Bifidobactéries. Cela nous rend alors encore plus sensible et vulnérable, ce qui peut augmenter la gravité de certains symptômes associés.

Afin d’éviter que notre système de défense ne soit affaibli, il est essentiel de nourrir cette microflore. Cela passe par l’alimentation avec des aliments riches en probiotiques (chou cuit, yaourts, cornichons, kéfir…) et en prébiotiques (des fibres alimentaires retrouvées dans les fruits et les légumes dont les bactéries sont friandes) ; mais aussi les compléments alimentaires à base de probiotiques.

Comment les probiotiques peuvent chouchouter notre système immunitaire ?

Les probiotiques fournissent ainsi à l’intestin des bactéries qui vont avoir un impact positif sur notre organisme. Ils renforcent l’effet barrière de la muqueuse intestinale en modulant la composition du microbiote. En effet, ces souches bactériennes aident à rétablir une flore saine en intervenant sur l’équilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries.

Une supplémentation de probiotiques spécifiques de la famille des Bifidobactéries et des Lactobacilles peut être bénéfique en cas d’infections des voies respiratoires supérieures ou gastro-intestinales. Toutefois, certaines souches sont à privilégier pour leur action reconnue et leur capacité de survie et d’adhérence comme :

  • Bifidobacterium bifidum
  • Lactobacillus rhamnosus
  • Lactobacillus acidophilus
  • Bifidobacterium lactis
  • Lactobacillus plantarum

Pour plus d’efficacité, il convient de choisir un mélange de ces souches différentes avec une haute concentration afin de mieux renforcer l’effet barrière.

En plus de faire le plein de probiotiques, certains micronutriments comme la vitamine C et la vitamine D peuvent aussi contribuer à stimuler les défenses immunitaires. Toutes deux sont aussi indispensables au bon fonctionnement du système immunitaire.

Pin It on Pinterest